Les entreprises européennes sont les premiers investisseurs au Panama

Le Panama est une des économies émergentes les plus vigoureuses au monde. C'est aussi une véritable mine d'opportunités pour les entreprises européennes. Panama, la capitale, est le fidèle reflet du pays, elle est en changement perpétuel. Au cours des cinq dernières années, le Panama a enregistré une croissance annuelle de 10 %. Ce petit pays de trois millions six cent mille habitants fait partie des cinq économies à la plus forte croissance au monde.

D'ici à 2020, les économies émergentes telles que le Panama généreront 70 % de la croissance mondiale. Des opportunités à saisir au vol, non seulement, pour les grandes entreprises, mais aussi et surtout pour les petites et moyennes entreprises européennes pour lesquelles le grand défi, aujourd'hui, est l'internationalisation. Favoriser l'internationalisation était précisément l'objectif principal de la dernière Mission pour la croissance lancée par le commissaire européen aux industries et à l'entrepreneuriat, Antonio Tajani, qui vient de se rendre au Panama, en Argentine et au Paraguay.

Une quarantaine d'entrepreneurs européens ont participé à cette mission dont l'objectif était avant tout la lutte contre la délocalisation des entreprises. Selon M. Tajani, « l'internationalisation est la solution contre la délocalisation. Il n'est pas nécessaire de fermer les usines en Europe. Il faut continuer à travailler en Europe, mais aussi essayer de travailler avec d'autres pays en s'associant aux entreprises et créant de nouvelles usines européennes dans les différents pays ».

Après quelques années, ces missions pour la croissance se sont développées dans une vingtaine de pays et ont permis à 600 entrepreneurs européens de lancer leur processus d'internationalisation.

Pour le directeur d'entreprise Paolo Franchetti, qui dirige son propre studio d'ingénierie et d'architecture à Padoue, « ce programme donne une opportunité aux petites et moyennes entreprises qui n'ont pas la potentialité de s'internationaliser, d'établir des contacts à haut niveau en peu de temps et avec des moyens limités ».

Rafael Escamilla, chargé des programmes à l’Instituto Valenciano de Competitividad Empresarial, a confirmé à Euronews que cette mission « nous permet d'établir les premiers contacts et d'identifier les potentialités et les opportunités pour les secteurs couverts par les petites et moyennes entreprises ».
Cela fait assez longtemps que les grandes entreprises européennes travaillent, ici, au Panama. Nombreuses d'entre elles participent au chantier pharaonique. Les travaux d'agrandissement du canal devraient permettre à l'horizon 2016 de multiplier par trois la capacité du canal et de multiplier par quatre les bénéfices qu'il génère. Un stimulant formidable, synonyme de qualité et de haute technologie, pour les pays dans lesquels les PME devront être présentes.

Le commissaire européen, Antonio Tajani, est convaincu que « si nous souhaitons combattre le chômage, il est nécessaire de stimuler nos 24 millions de petites et moyennes entreprises.
La croissance est fortement liée aux grandes entreprises, mais les emplois seront créés par les petites et moyennes entreprises ».

La construction est un secteur extrêmement important pour les PME, mais des opportunités sont également à saisir dans les domaines de l'énergie, de la mine, des télécommunications, des transports, de la logistique et du tourisme. En outre, la stabilité politique et la position géographique stratégique du Panama en font un lieu particulièrement attrayant.

Le Secrétaire de la présidence du Panama, Roberto Henríquez, a indiqué que « le Panama a signé des traités de libre-échange notamment avec les États-Unis, le Canada, Singapour, le Chili, le Pérou et Taiwan. Ces pays représentent autant d’opportunités d’affaires et le Panama est une véritable porte d'entrée vers ces marchés.

Le Panama a depuis toujours cultivé des liens commerciaux privilégiés avec l'Europe. Aujourd'hui, l'Union européenne est le premier partenaire commercial du Panama juste après les États-Unis et les entreprises européennes sont les premiers investisseurs au Panama devant les États-Unis.

Source: Euronews