Les artistes font l'éloge de la musicothérapie

Cette année, le Panama Jazz Festival a été reçu avec beaucoup d'enthousiasme par un groupe de musicothérapeutes. Ils sont reconnaissants de l'opportunité que leur a offerte la Fondation Danilo Pérez à l'occasion de la 10e édition du festival afin d’informer la communauté des bienfaits de la musicothérapie.

Melanie Taylor, a eu l'opportunité de s'exprimer à ce sujet à la Ciudad del Saber. Elle est écrivaine, violoniste et musicothérapeute et elle enseigne cette discipline à l'Univesité spécialisée des Amériques (UDELAS).

La musicothérapie remplit une mission importante en matière d'éducation, elle est thérapeutique et est également excellente pour se relaxer.

Lors de son atelier, Melanie a souligné qu'il existe des méthodes de musicothérapie actives et passives. Pour les méthodes actives, le patient doit jouer de la musique ou réaliser une activité non verbale en musique. Pour les méthodes passives, le patient doit uniquement écouter de la musique à des fins différentes. Par exemple, le chant en groupe, en tant qu'activité thérapeutique, est utilisé pour des patients ayant subi une hémorragie cérébrale, présentant des difficultés respiratoires et les patients séniles, car cette activité facilite le développement de l'articulation, le rythme et le contrôle de la respiration, elle aide à la socialisation et le patient à se rendre compte qu’il n'est pas seul.

Quant aux instruments, elle a expliqué que ces derniers favorisent une meilleure coordination et sont utilisés pour les patients présentant des problèmes moteurs, ayant subi un traumatisme neurologique ou crânien ou à la suite d’une maladie prolongée. Si l'activité est réalisée en groupe, elle permet d'alterner des moments de prise en charge avec d'autres rôles. Les activités rythmiques favorisent l'amélioration de la mobilité, l'agilité, la force des articulations, l'équilibre, la coordination, la démarche et la relaxation.