Le calendrier du carême commence au Panama

Le mercredi des Cendres, la paroisse d’Atalaya, où repose la statue de Jésus de Nazareth, entamera le nouveau cycle du calendrier liturgique du carême durant lequel, comme chaque anné, la basilique sera le centre d'attention.

Alors que les échos des tambours des fêtes de carnavals retentissent encore, des centaines de pèlerins se sont déjà rendus à l'église de cette petite agglomération de la province de Veraguas afin d'expier leurs péchés.

Les neuvaines ont en réalité commencé le 8 février, mais c'est à partir d'aujourd'hui et avec la distribution des cendres dans les églises catholiques du monde que le carême commence. Une période que l'évangile consacre à la réflexion et au rappel de la fragilité et la mortalité de la nature humaine lors de ce passage dans ce monde.

Il ne s'agit pas de cendres d'origine quelconque, mais bien des cendres des rameaux et des palmes de l'année précédente que le prêtre bénit par son invocation en latin : « Souviens-toi que tu es poussière et qu'à la poussière tu retourneras » ou « Convertis-toi et crois à l'Évangile ».

Après que les Panaméens ont enterré la sardine ce matin, comme c'est également la tradition à Murcia en Espagne, l'archevêque du Panama, José Domingo Ulloa, a annoncé le carême et a invité les fidèles au jeûne, à la réflexion et à la prière, ce qui ne fut pas chose aisée pour les personnes toujours en état d’ivresse.

Toutefois, des milliers d'autres personnes ont suivi les recommandations de l'archevêque, en particulier celles qui ont surmonté leurs problèmes physiques et moteurs et qui sont arrivées à la Basilique mineure d'Atalaya enchaînees ou en portant de très loudres charges et en trainant leur humanité et leur peine sur des kilomètres.

Atalaya est déjà remplie de monde, mais la grande foule de croyants arrivera à partir de vendredi afin de participer à l'apothéose du dimanche des Rameaux, lorsque plus de 400 000 personnes suivront les marches du Nazaréen, la procession principale du Panama.