Le 8e Festival des Diables et des Congos fut un véritable succès

[sigplus] Critical error: Image gallery folder diablos-festival is expected to be a path relative to the image base folder specified in the administration back-end.

Le Festival des Diables et des Congos s’est déroulé le samedi 16 février dernier à Portobelo. 

Des invités spéciaux, la presse et le public s’étaient donnés rendez-vous à l'occasion de cet événement qui a commencé par l’inauguration de l'Exposition internationale des Diables des Amériques. L’exposition se tiendra jusqu'au 7 mars au 2e étage du bâtiment des Douanes royales de Portobelo.

Le festival a été organisé par la Fondation Portobelol’Université de Ganexa et le groupe Realce Histórico, avec l'appui et le soutien de l'Autorité du Tourisme de Panamadu Secrétariat exécutif de l'Ethnie Noire et de l'Institut national de la Culture et du Patrimoine historique sans lesquels le 8e Festival des Diables et des Congos n’aurait pu avoir lieu et qui ont fait de Portobelo un point de rencontre.

Ci-dessous, un petit aperçu de ce que vous pourrez découvrir durant l'Exposition internationale des Diables des Amériques. Les extraits suivants sont représentatifs des coutumes de 7 pays d'Amérique latine.

Mexique — Jeux des Diables de Costa Chica — Oaxaca 

Les jeux des Diables de Costa Chica ont lieu en même temps que la fête des morts. Les Diables commencent leur parcours au cimetière et guident les morts au village pour qu'ils puissent rendre visite à leur famille. La danse est réalisée par un groupe de 24 danseurs répartis en deux colonnes. Parmi les personnages représentés, il y a un « Diablo Mayor» ou « Diablo Viejo » (vieux diable) et sa femme « La Minga » ou « La Vieja » (la vieille), mère de tous les diables. Elle dansera avec « El Viejo », ses enfants, les diables, et avec des gens du public pour lesquels elle est tour à tour provocante, coquette, ou elle incarnera la mort et le temps en utilisant des masques et des costumes appropriés selon son personnage.

Colombie — Les diables du « Carnaval de Negros y Blancos » (carnaval des Noirs et des Blancs) de Juan de Pasto à Nariño

Le 31 décembre, dernier jour de l'année, la ville de San Juan de Pasto célèbre le défilé de l’« An Vieux » comme préambule au grand carnaval des Noirs et des Blancs. Ses rues sont envahies par les petits et grands pantins fourrés de sciure de bois ou de papier ; un espace où satire, ironie, critique et humour propre côtoient le faste de l’événement en exprimant la non-conformité de ce qui est survenu au cours de l'année précédente.

« Les défilés de l’An Vieux à Pasto sont la vive représentation d'un silence d'homme, de la ville d'un être du monde rempli de rêves ».

Colombie - Diables du Carnaval de Riosucio

En Colombie, il existe plus de trois mille fêtes, une richesse résultant du syncrétisme culturel des peuples indigènes, d’origine africaine et européenne. C'est dans ce pays qu’apparaissent et disparaissent une variété de diables ; une des caractéristiques principales des Diables du Carnaval de Riosucio est que les sept jours de fête sont présidés par « Sa Majesté le Diable ».

République dominicaine — Diablos Cojuelos (Diables boiteux)

Le diable est un personnage important des « autos sacramentales », des pièces caractéristiques du théâtre espagnol du Moyen Âge. Dans ces œuvres, le diable représente le mal, qui est symboliquement, toujours vaincu par le bien. Le Diable boiteux est une représentation humoristique et satirique, car ce n’est pas un vrai diable, il n'inspire même pas la crainte qui incite les hommes au péché. Bien au contraire, il a introduit le tumulte, l'espièglerie, la danse et la joie.

Panama — Les Diables de la Villa de Los Santos

Les fêtes du « Corpus Christi » dans la Villa de los Santos ont commencé au début de l'époque coloniale. La présence des Diables lors de ces cérémonies religieuses traditionnelles se base sans aucun doute sur des fondements de catéchisme catholique indiquant que : « le Diable est le moteur de la célébration, mais la croix est l'axe protecteur du monde ».

Sous ces prémices, des Diables aux allures de pantomimes connus en tant que « Diablos Sucios » (diables sales), entre autres, sont mis en scènes comme c’est le cas pour la « Danse du Grand Diable » représentée dans cette exposition. Il s’agit d’« une troupe de diables, parmi lesquels l’on retrouve un chef (Diablo Mayor), un Diablo Capitán et le fils du Diablo Mayor (Diablo Caracolito) qui commande les forces du mal. Ils se battent pour une âme en peine contre l'archange Saint-Michel. Une diablesse accompagne également la troupe ».

La lutte pour le bien culmine au travers de dialogues et de danses par le triomphe de la croix contre le malfaiteur. Les masques des troupes de la Villa de los Santos gardent des caractéristiques anthropomorphes, contrairement aux autres régions où l'on trouve des masques zoomorphes.

Costa Rica — Jeu des petits Diables de Borucas

Le jeu des petits Diables de Cabrú Rójv de langue Brunka est l'aspect le plus représentatif de l'identité et de la culture indigène Brunka de Boruca et de Rey Curré. Le jeu des petits Diables est représenté sous forme d'un drame historique : la lutte jusqu’à la mort entre la communauté indigène et l'envahisseur espagnol qui symbolisent également l’effort constant de cette communauté pour défendre ses coutumes, ses croyances et ses langues.

Bolivie - Diablada de Oruro

La « diablada » est une danse primitive typique de Oruro en Bolivie, appelée ainsi en raison du masque et du costume de diable que portent les danseuses. C'est la danse la plus représentative du « Carnaval de Oruro », elle incarne également l'affrontement entre les forces du bien et du mal.

Puerto Rico - Diablitos Vejigantes

Les masques font partie intégrante des fêtes religieuses portoricaines, en particulier dans les villages côtiers. Les « vijigantes » se distinguent par leur comportement désordonné, ils crient, ils courent dans les rues et ils agitent leur bras comme s'ils allaient s'envoler.

Pour plus d'informations concernant l'Exposition internationale, nous vous invitons à venir nous retrouver à Portobelo afin de découvrir l'héritage de ces peuples.

{gallery}diablos-festival{/gallery}