Rencontre de baleines au Panama

C'est avec des chansons mélodieuses et des sauts acrobatiques au milieu de l'océan que le mâle tente d'impressionner la femelle en montrant son adresse. Lors de la cérémonie d'accouplement, la femelle choisit le mâle qui exécute les parades acrobatiques avec le plus de fermeté et d'élégance. 

Chaque année, durant les premiers jours du mois de juillet et vers la mi-septembre, des dizaines de visiteurs, parmi lesquels des scientifiques et des écologistes, se donnent rendez-vous au Panama pour profiter de ce spectacle d'observation des baleines éblouissant. 

La Fondation Albatros Media a lancé les « Safaris photo » qui invite le public à observer les cétacés durant un ou deux jours. De cette manière, la fondation fait la promotion de bonnes pratiques et sert de modèle pour que les visiteurs se comportent en agents multiplicateurs et responsables.  

La superficie de 2 210  km² située dans les eaux territoriales qui entourent le Panama, ou « cœur de l'univers », est le cadre idéal qui pousse une grande variété d'espèces marines à parcourir des distances inimaginables durant la majeure partie de l'année pour atteindre l'isthme d'Amérique centrale à la recherche de la qualité de ses mers et du refuge de ses côtes afin de s’y reproduire.

Les températures tropicales des Caraïbes et les eaux de l'océan Pacifique panaméen constituent un cadre idéal les baleines à bosse qui entreprennent un voyage depuis l'hémisphère sud jusqu'au Costa Rica, en traversant le Pacifique Ouest tropical. Lorsque ces dernières s'en vont, c'est au tour des baleines de l'hémisphère nord provenant d'Alaska de faire le voyage. Elles longent les côtes de l'Amérique du Nord et du Mexique pour se rendre au Panama. 

Le golfe de Chiriquí et les plages de la province de Herrera et de Los Santos sont des zones où l’on peut observer des baleines durant toute la saison, grâce aux différents courants marins de ces zones. Les îles Contadora, Saboga, Coiba, la baie de Panama et le majestueux archipel de Las Perlas, situé à quelques heures à peine de la ville, sont le point culminant de l’observation de ce spectacle marin le plus impressionnant que la Nature nous offre.

Le spécialiste et directeur général de la fondation Albatros Media, Alejandro Balaguer, affirme que : « Le Panama pourrait devenir le meilleur site au monde de l'observation de baleines qui peut être réalisé à moins d'une heure de la ville. Ce qui enrichirait les ressources marines du pays, à condition que nous parvenions à mieux promouvoir cette activité, tant dans le pays qu'à l'étranger ». L'observation de baleine est une activité qui attire annuellement 15 millions de touristes et qui génère plus de 1 milliard de dollars, activité et services adjacents compris.

Le Panama s’est doté d'une réglementation en 2014, grâce au travail ardu réalisé par la Fondation Albatros Media qui en avait fait la proposition à l'ex-président du gouvernement, Martín Torrijos (2004-2009). D’autre part, la fondation avait également fait la promotion du sanctuaire pour baleines et autres espèces marines.

« Le sanctuaire est considéré comme le “ couloir des mammifères marins ” et est situé dans la mer des Caraïbes et dans l'océan Pacifique », selon Balaguer. 

Alejandro Balaguer réfléchi : « Si en tant qu'être humain nous sommes incapables de sauvegarder l'être le plus majestueux qu'y ait existé dans les océans depuis la nuit des temps, que sommes-nous capables de protéger ? ».

Règles à respecter

Il est recommandé aux touristes de suivre les règles suivantes :

- Ne pas s'approcher à plus de 200 m d'une baleine et de son baleineau. 

- Couper le moteur si une baleine s'approche spontanément du bateau.

- Ne pas suivre les baleines, ni nager ou plonger avec elles. 

Source: caribbeannewsdigital.com