« Notre priorité est d’attirer le tourisme d’affaires »

Ernesto Orillac, le vice-ministre du Tourisme de Panama, déclare que le pays s’est positionné en tant que destination touristique au cours de ces dernières années et qu’il n’a rien à envier à ses voisins. Et bien que l’objectif principal du pays soit de stimuler les arrivées provenant d’Amérique latine, l’Espagne se profile comme un marché clé au moment d’ « établir un pont avec l’Europe ».

Jusqu’il y a peu, le Panama n’était pas une destination touristique très connue… Quelles mesures ont été mises en œuvre pour parvenir à ce changement ?

L’industrie du tourisme est devenue un facteur fondamental de l’économie en raison de l’apport en devises, de la création d’emplois et des investissements qu’elle génère. Nous nous concentrons sur le développement d’infrastructures telles que la construction du Métro de Panama, l’élargissement du canal et la création de nouveaux aéroports. Des stratégies visant différents marchés, mais ciblant principalement les pays du sud comme l’Argentine, le Brésil, le Chili ou la Colombie. En 2012, l’Amérique du Sud fut une des régions représentant l’arrivée la plus importante de touristes au Panama.

Que représentent les arrivées de touristes pour le pays ? Et qu’en est-il du tourisme d’affaires ?

L’activité touristique représente 10,4 % du PIB (soit 2 880 millions d’euros) et génère 131 983 emplois par ans. En 2012, nous avons accueilli 2,1 millions de visiteurs, un chiffre que nous espérons dépasser cette année pour atteindre les 2,3 millions de touristes. Quant au tourisme d’affaires, il s’agit d’un des objectifs prioritaires, nous souhaitons, en effet, augmenter l’occupation hôtelière par le biais de l’organisation de congrès et d’événements.

Le Pérou a le Machu Pichu, le Mexique Chichén Itzá… Quelle est la visite incontournable du Panama ?

Toute personne se rendant dans notre pays se doit de visiter le canal de Panama, un site considéré comme une des merveilles d’ingénierie du monde. À l’heure actuelle, les travaux d’élargissement sont en cours afin de célébrer, en 2014, le centenaire de sa construction. En outre, la visite du Casco Antiguo dans la capitale du pays, un quartier ayant été inscrit au patrimoine culturel de l’humanité par l’UNESCO, est également un incontournable.

L’Espagne est-elle un marché prioritaire pour le Panama ?

Sans aucun doute. L’Espagne est un pont fondamental vers le reste de l’Europe, un marché qui occupe la première position du classement. L’année dernière, nous avons accueilli près de 40 000 touristes espagnols, soit une croissance de 22,6 % par rapport à 2011. Actuellement, le Panama renforce la connectivité aérienne avec de nombreux pays d’Europe, agrandit ses aéroports et promeut le pays lors des principaux salons du tourisme d’Europe.

Que diriez-vous à une personne qui ne connaît pas le Panama afin de l’inciter à découvrir le pays ?

De ne pas hésiter à se rendre au Panama, le pays ne cessera de les surprendre. Le Panama est une destination très sûre et d’une grande diversité, le pays dispose de paysages contrastés ainsi que d’une grande richesse culturelle. Mais, c’est aussi le seul pays au monde où le soleil se lève dans l’océan Pacifique et se couche dans la mer des Caraïbes.

Ernesto Orillac

Est le vice-ministre du Tourisme de Panama, un secteur représentant plus de 10 % du PIB

Personnel : Âgé de 38 ans, il est marié et a deux enfants.

Études : Après avoir obtenu une licence en Gestion des entreprises à l’Université du Texas, il a réalisé un master à l’Université d’Harvard.

Carrière : Actuel vice-ministre du Tourisme de Panama, il a été, entre autres, directeur de la Chambre de Commerce, directeur de la Chambre de Tourisme et directeur du Bureau des congrès.

Camila Pan de Soraluce MADRID