Une aventure en montagne à la découverte de la comarque Kuna Yala

La comarque Kuna Yala est sans conteste une des destinations les plus convoitées par les touristes se rendant au Panama à la recherche d'aventures et de lieux paradisiaques. Elle est située sur l’océan Atlantique et ses eaux turquoise, son soleil estival, ses plages de sable blanc ainsi que la grande richesse culturelle de ses habitants en sont les attractions principales.

Il est possible de se rendre dans cette région amérindienne située à quelques heures à peine de la ville de Panama en voiture ou par avion.

En traversant les montagnes

Les traversées en 4X4 ont été introduites en force il y a quelques années. Le trajet entre la capitale et la comarque dure trois heures.

Diverses agences de transport touristique proposent aux visiteurs des expéditions à Kuna Yala, une région dont la chaleur humaine des habitants n’a de cesse d’émerveiller ses visiteurs.

Certains touristes ayant visité Kuna Yala relatent avoir été transportés sur une île paradisiaque des Caraïbes peuplée d'Amérindiens vivants reculés de la civilisation et selon leurs coutumes ancestrales.

Activités des Kunas

La pêche, le tourisme, l'agriculture de subsistance et la confection de « molas » (dessins sur tissus) sont les principales activités réalisées sur le territoire de la comarque et dans de nombreuses îles faisant partie de l'archipel de San Blas.

Par la route : l'aventure commence dans le district de Chepo dans le secteur Est de la province de Panama sur la route Llan-Cartí.

Selon les organisateurs de l'expédition de l'agence touristique Tripod, à mesure que l'expédition s'aventure dans la montagne, le climat devient humide et tempéré. De plus, l’excursion passe par le campement de Nusagandi, un centre biologique pour la préservation de la nature.

Généralement, des membres du Congrès général Kuna prélèvent une contribution de 10 dollars couvrant l'entrée dans la comarque indigène et la traversée de la zone protégée de Nusagandi.

Il convient de souligner que la réserve de Nusagandi a été qualifiée parmi les 10 régions les plus boisées au monde par des experts de l'Institut de recherches tropicales du Smithsonian.

L'Observatoire

L'Observatoire, situé au sommet de la colline de la région d’où il est possible de discerner les îles Cartí, El Porvenir et Cayos Limones si la visibilité n'est pas obstruée par des nuages, est un arrêt à ne pas manquer.

Plus loin, les visiteurs apercevront le Río Cartí Grande traversé par un pont menant à la communauté de Región où le Service national des frontières (SENAFRONT) effectue des contrôles de sécurité stricts afin d'éviter l'incursion de malfaiteurs dans la région.

Finalement, le voyage s'achève à Barsukun, la région Kuna Yala. Les véhicules motorisés ne peuvent pas se rendre plus loin et les visiteurs devront dès lors continuer le chemin en barque afin de se rendre dans les îles paradisiaques de l'archipel de San Blas.

Les « molas »

Les Amérindiens Kunas sont réputés pour leur art décoratif des « molas ». Les « molas » sont étincelants et colorés et sont souvent utilisés comme vêtements pour les femmes.

Avant que les missionnaires ne convertissent les Kunas au christianisme, la majorité d'entre eux portaient des vêtements traditionnels et ils peignaient des dessins colorés sur leurs corps.

Lorsque les colonisateurs sont arrivés, de nombreux indigènes ont commencé à remplacer leurs vêtements par les vêtements amenés par les missionnaires, abandonnant aussi les peintures corporelles.

Culture ancestrale

Les Kunas rendaient un culte au dieu Erragon. Nombreux furent expulsés du Panama durant la colonie espagnole, d'autres ont fui en barque vers les îles alentour. Le chef de toutes les îles vit sur l'île Acuadup (« île Roche »).

Les Kunas sont des chasseurs et des pêcheurs par nature. En plus d'être un peuple très propre, dans certaines îles ils ont également la possibilité d’aller à l'école. La majorité des hommes parlent l'espagnol, les femmes quant à elle respectent plus les traditions.

L'archipel de San Blas est composé de 365 îles et îlots, parmi lesquels 80 sont peuplés par les Kunas.

Sources : www.caribbeannewsdigital.com